Communiqué de presse


A l'intérieur du Centre international d'art et du paysage de l'île de Vassivière et dans son bois de sculptures, du 13 mars au 19 juin 2011, l’artiste galloise Bethan Huws entremêle ses sources d'inspiration pour créer Black and White Animals, sa première exposition monographique en France. Les souvenirs de son enfance se mélangent avec l’expérience du Plateau de Millevaches, où elle prépare un film, fruit de la Commande Publique du Ministère de la Culture pour le réseau d'art contemporain en Limousin, 5,25.


Dans Black and White Animals, les citations d'oeuvres et les jeux de langage humoristiques inscrivent dans le paysage une poésie inattendue pour le visiteur, même le plus habitué à l'atmosphère de Vassivière.


Proposant une relecture amusée de l'oeuvre de Marcel Duchamp, figure emblématique du XXe siècle, en utilisant des objets sortis de leur contexte, l'exposition propose une réflexion sur le langage et ses différents niveaux de signification et d'appréhension. Les oeuvres s'offrent au regard comme autant de clés de lecture de l'histoire de l'art contemporain.


Première salle de l'exposition, le phare constitue une invitation à l'exploration des autres lieux du centre d'art avec l'oeuvre intitulée Etant donnés, constituée d'un bras levé tenant une lampe à gaz, qui illumine de sa flamme l'intérieur sombre de la tour circulaire d'Aldo Rossi. Tel un guide indiquant en vain un chemin sans sortie, le bras sort de façon surréelle du mur du phare.


La nef du centre d'art accueille Forest, une forêt de porte-bouteilles évoquant tout autant le ready-made que la topographie des bois de conifères de l'île. L'artiste crée ainsi un paysage qui devient le portrait de Vassivière et la chronique de son histoire et de celle du bois de sculptures.

















© ArtCatalyse / Marika Prévosto 2012. Tous droits réservés

Bethan Huws, Black and White Animals

Le jour de l'inauguration, le 12 mars, pendant toute la journée, Bethan Huws a donné vie à Black and White Animals : un tableau vivant, qui a pris vie dans le paysage, comme l'illusion d'une image en bichromie. La performance animalière constituée de couples d'animaux familiers ou exotiques, noirs et blancs, ont produit une scène intrigante et saisissante donnant vie à une situation semblant irréelle, car incongrue et inattendue.

Bethan Huws, Boats, 1983-2011. © Bethan Huws et ADAGP, Paris 2011. Photo: Stephen Rohner

Bethan Huws, Boats, 1983-2011. © Bethan Huws et ADAGP, Paris 2011. Photo: Stephen Rohner


Dans la salle des études, Bethan Huws propose un atelier idéal d'objets raffinés. Si ces réalisations font souvent référence à l'oeuvre de Duchamp et sa continuité, elles s'ouvrent également à une réflexion sur l'art en soi et le rôle de l'artiste dans la société.


L'espace du petit théâtre s'ouvre aux mots: World vitrines se compose de citations, phrases et commentaires anodins laissant entrevoir l'esprit de l'artiste et son humour langagier. Par exemple, avec Et Duchamp? c'est un trou normand, l'artiste joue sur une homophonie française-anglaise avec "trou" et "true" et évoque dans le même temps les origines normandes de Marcel Duchamp.



Bethan Huws, Forest, 2008-2009. © Bethan Huws et ADAGP, Paris 2011. Photo: Charles Duprat

Bethan Huws, Forest, 2008-2009. © Bethan Huws et ADAGP, Paris 2011. Photo: Charles Duprat

Un prolongement s'opère avec les Rush boats présentés dans l'atelier, une multitude de petits bateaux en roseau que l'artiste réalise depuis 1983. Ses souvenirs d'enfance dans la campagne galloise viennent alimenter son oeuvre comme une source d'inspiration prééminente. Les quelques milliers de minuscules embarcations, réalisées avec les gestes appris de sa grand-mère et de son entourage, prennent de par leur histoire et leur fragilité une connotation très émouvante en parfait dialogue avec le lieu et ses composantes: le lac, la nature et la carène de bateau du bâtiment.

Enfin, prolongeant la transition entre l'art et le lieu qui l'abrite, Bethan Huws place des Perroquets dans la forêt: trois portemanteaux de bronze viennent se fondre dans un environnement d'immenses arbres avec leur patine qui en rappelle l'écorce. Elle souligne que dans de nombreux bistrots parisiens, ce modèle d'accessoire mobilier porte encore le nom d' "arbre".


Poétique et méticuleuse, l'exposition Black and White Animals conçue pour Vassivière devient le domaine de la relation entre l'artiste et le spectateur. Avec les mots de l'artiste: "Une oeuvre d'art n'est faite que d'une chose - une personne."





Exposition du 13 mars au 19 juin 2011. Centre international d'art et du paysage, Ile de Vassivière - 87120 Beaumont-du-Lac. Tél.: 05 55 69 27 27. Ouverture du mardi au vendredi de 14h à 18h, samedi et dimanche de 11h à 13h et de 14h à 18h.


Archives expositions personnelles France

  Bethan Huws, Black and White Animals
  CIAP, Ile de Vassivière
  12.03 - 19.06.2011

Archives expositions personnelles (H-I-J)