Communiqué de presse

L'exposition personnelle de Cécile Hartmann au Centre photographique d'Ile-de-France prend la forme d'un itinéraire terrestre qui reflète les préoccupations sensibles de l'artiste pour les formes de vie à l' "ère hypermoderne".



 






 




© ArtCatalyse / Marika Prévosto 2012. Tous droits réservés

Cécile Hartmann, Mirages à demeure

Exposition du 18 janvier au 12 avril 2009. Centre photographique d'Ile-de-France, 107 avenue de la République - 77340 Pontault-Combault. Tél.: +33 (0)1 70 05 49 82. Ouverture du mercredi au vendredi de 10h à 18h, le week end de 14h à 18h.

 Ces rapports d’un lieu vers un autre, d'un temps vers un autre, d'une texture visuelle vers une autre, jouent dans l'exposition comme un vaste réseau d'influences aux représentations paradoxales. Il en résulte une mise à distance troublante, une sensation persistante de force et de vulnérabilité. Ces "images-mirages" nous invitent à demeurer avec elles, au seuil de notre inquiétude, parce qu'elle préfigurent un devenir où les formes mêmes du pire semblent posséder une force de jaillissement et de régénération.


Cécile Hartmann, Ground, 2008

© Cécile Hartmann, Ground, 2008

Prises récemment dans les zones en mutation de Dubaï, entre urbanité totalisante et espaces désertiques, les dernières images de Cécile Hartmann semblent mues par un double sentiment d'urgence. Celui de travailler au coeur des rapports de force contemporains et dans le même temps de cristalliser dans la représentation de ces rapports, le surgissement d'une forme de beauté en arrêt.

Cécile Hartmann, Walker, 2008

© Cécile Hartmann, Walker, 2008

Un ensemble de photographies inédites intitulées Deserter, Walker, Tower, Land - représentent d'un côté des figures solitaires au plus près de la terre qui les porte, aux prises avec des états matériels de dissolution ou de fusion, de l'autre des surfaces liquides ou arides ouvertes vers des fonds infinis et crépusculaires, des formes minérales et architecturales saisies dans un temps incertain, entre évolution et involution, archaïsme et virtualité.

En correspondance aux photographies, une série de peintures en tondos, Planet, couvre un wall painting de sa constitution monochrome démultipliant un point de vue cosmique sur une terre lointaine dont les surfaces accidentées et les cratères poudreux font écho au grain pictural des tirages pigmentaires. Toutes les photographies de la photographe exposées au CPIF sont en effet des impressions pigmentaires sur papier.

Cécile Hartmann, Tower, 2008

© Cécile Hartmann, Tower, 2008

Archives expositions personnelles France

  Cécile Hartmann, Mirages à demeure
  C.P.I.F., Pontault-Combault
 18.01 - 12.04.2009

Archives expositions personnelles (H-I-J)