© ArtCatalyse / Marika Prévosto 2012. Tous droits réservés

Charlie Jeffery

Communiqué de presse

«Pourquoi rester debout alors que tu peux tomber?» Ce titre choisi par Charlie Jeffery engage un rapport direct au spectateur et pose d'emblée la question du positionnement du corps. Sous forme d'aphorisme, ce titre établit une équivalence entre la posture traditionnelle du visiteur d'exposition et une chute possible.


L'effet de surprise que génère cette évocation burlesque tient le jugement en suspens. Très souvent, l'artiste utilise cette figure de style lapidaire et contradictoire, qui devient un matériau de travail. Les phrases sont inventées ou collectées à partir de chansons ou de conversations puis recyclées sur différents supports: inscrites à la volée sur des bouts de papier, notées dans le creux de la main ou bien gravées dans la pierre. La diversité des matières employées (néons, adhésifs, carton…) révèle une plastique du langage où varient les couleurs et les rythmes, comme s'il s'agissait de sculpter le temps et de marquer le caractère fugitif de ces pensées. Jeffery emploie également la figure du double, comme dans ses vidéos où, affublé d'un masque d'âne, il met en scène l'alter ego de l'artiste.

Véritable touche à tout, Charlie Jeffery réalise des sculptures qui contraignent l'espace et les déplacements. Au Quartier, il réalise deux sièges modulaires tournés vers des murs où se détachent des textes en vinyle. La place vacante invite le spectateur à s'asseoir et divertit son regard: Concentre-toi sur quelque chose, pense à autre chose. Ici, l'énoncé coupe court à la question de l'activation de l'oeuvre. La simple lecture suffit à produire un léger vertige et renvoyer le spectateur à sa propre subjectivité: il est à la fois passif et impliqué.

Faisant valoir les qualités plastiques des matières dénigrées, Charlie Jeffery recycle les matériaux pauvres ou les objets manufacturés qu'il traite par décomposition, accumulation, combinaison ou synthèse. Mêlant pragmatisme et absurdité, il rend visibles les processus de fabrication et rend sensible l'idée d'une évolution permanente des formes. Charlie Jeffery considère l'art comme une activité contingente qui prend place dans un écosystème où les idées, les matières, les formes se contaminent. La sculpture de Charlie Jeffery ne se définit pas seulement par son résultat, mais aussi par l'expérience de la fabrication, du découpage, de l'assemblage. Il est d'ailleurs difficile de parler d'un aboutissement stable puisque l'artiste recherche au contraire la possibilité d'une sculpture évolutive, qui ne soit pas figée. Ainsi, il lui arrive de reprendre des éléments d'une oeuvre pour en composer d'autres.

L'artiste travaille souvent à partir d'objets trouvés dans la rue ou de matériaux banals : carton, meubles usagés, polystyrène, mousse expansée, boue, poussière. Il ne s'agit pas ici d'une volonté écologique de recyclage, ce choix n'a pas de portée idéologique. Mais il s'évertue à donner une forme à ces objets, à révéler leur potentiel, en les reconfigurant jusqu'à faire surgir des résultats inattendus. Le langage est aussi un thème de prédilection de l'artiste. Il s'attache notamment à incarner des phrases percutantes dans des matières malléables, explorant ainsi la plasticité du langage, l'apparence, le rythme des mots, et nous poussant à nous arrêter face à des formulations qui s'avèrent plus complexes que ce que laisse croire leur apparence tautologique.











 







Exposition du 1er juillet au 23 octobre 2011. Le Quartier, 10 esplanade François Mitterrand - 29000 Quimper. Tél.: +33 (0)2 98 55 55 77. Ouverture du mardi au samedi de 10h à 12h et de 15h à 18h, nocturne le jeudi jusqu’à 19h30, le dimanche de 14h à 18h.

Archives expositions personnelles France

  Charlie Jeffery,
  Pourquoi rester debout alors que tu peux tomber ?
  Le Quartier, Quimper - 01.07 - 23.10.2011

Archives expositions personnelles (H-I-J)