Archives expositions personnelles France

Archives expositions personnelles (H-I-J)

Communiqué de presse


Le feu, source de vie et de lumière, et l’entrelacs, principe de création et de relation des règnes du vivant, sont les deux «outils» constitutifs de la pratique artistique de Christian Jaccard dont l’enjeu est la représentation du temps. Initiée dans les années 1970 avec la combustion d’objets sur toile, de cuirs et de tableaux anonymes, la voie ignée associe au geste pictural la pratique ancestrale de l’écobuage, dite aussi culture sur brûlis. La combustion à mèche lente altère la matière et la couleur originelles de matériaux et de supports divers, desquels émerge un réseau d’empreintes inédites. Ces dessins «automatiques» sont autant de stigmates du temps, constituant pour l’artiste une trace mémorielle, un repère signifiant. Appliqués à l’échelle du mur ou d’un édifice, les «tableaux éphémères» célèbrent l’énergie cosmique.




























































.
















 







Christian Jaccard, Energies dissipées 2015 © Christian Jaccard

  Christian Jaccard, Energies dissipées

  Centre régional d’art contemporain, Fontenoy

  05.07 - 31.10.2015

Christian Jaccard, Energies dissipées, Crac Fontenoy

© ArtCatalyse / Marika Prévosto 2015. Tous droits réservés

Exposition du 5 juillet au 31 octobre 2015. Château du Tremblay - 89520 Fontenoy. Tél.: +33 (0)3 86 44 02 18. Ouverture tous les jours sauf le lundi de 14h à 19h.







Simultanément, Christian Jaccard ligature des objets et noue des éléments de manière compulsive : les textures noueuses de forme domestique, organique ou abstraite occupent les murs, les sols et les plafonds dans des installations dynamiques et baroques, et forgent le Concept Supranodal. Calcination, scarification et tatouage par l’épreuve du feu, nouage et entrelacement d’objets, constituent autant de gestes duels et complémentaires qui mettent en scène le processus de création et symbolisent le flux du temps écoulé.


Christian Jaccard, Energies dissipées 2015 © Christian Jaccard